jeudi 30 octobre 2014

[Sport] Le compte-rendu de la Spartan Race ♡

Aujourd'hui je laisse la parole à Cédric - le gagnant de mon concours pour gagner un dossard pour la Spartan Race - pour un super compte-rendu de la course :-)

  

Je m'appelle Cédric j'ai commencé la course à pied il y a quelques temps, en complément des cours de fitness et musculation que je pratiquais en salle. La course à pied me permettait de me dépenser, me défouler et me vider la tête le tout en étant en extérieur au grand air, car pour moi la course sur tapis n'a pas d'intérêts (ou alors en cas de mauvais temps à la limite). L’an dernier j'ai déjà eu l'opportunité de participer à la Spartan Race pour leur première venue en France. Je mettais alors entraîné quelques mois à l'avance afin d'être prêt tant au niveau de la course que des épreuves physiques qui ponctuent la course.

J'avais donc couru sur la Sprint, course de 6km que j'avais effectué en solo car personne dans mon entourage n'avait eu le courage ou la force de m'accompagner... J'en étais revenu fatigué, ravi de l'expérience que je venais de vivre et me tardait la prochaine course afin de pouvoir y participer à nouveau. Quand j'ai eu connaissance de la date de la session 2014, je me suis dis qu'il fallait que j'y participe.

Au vue de mon expérience de l'année précédente et du bourrage de crâne que j'avais fait auprès de mon entourage, je réussi donc à convaincre 3 amis de participer à cette course avec moi. Quelle surprise de voir que Camille faisait gagner 1 dossard ! 



Je décide de participer en mettant tout mon cœur et conviction dans mon post afin de le remporter. Plus tard Camille m'informe que je suis l'heureux gagnant... Youuuhoouu à moi le sésame pour la course ! Je m'inscris donc pour la Super, course de 13km et 21 obstacles, et invite mes amis à faire de même afin de me rejoindre sur l'événement. Quelques négociations plus tard et de non on participe à la course de 6km on va jamais y arriver je réussi tout de même à convaincre mes acolytes de rejoindre ma team sur la Super.

Nous voilà donc à un peu moins de 2 mois avant la course, il va falloir se mettre sérieusement aux entraînements afin d'être prêt le jour J. Quelques jours plus tard grand malheur... Mon pied heurte violemment la porte... Après quelques heures aux urgences et une radiographie plus tard, verdict : doigt de pied cassé !!! Je parlemente déjà avec le docteur pour savoir si je serai sur pieds pour la course. Trois semaines à un mois de béquilles sans poser le pied me sont préconisés. Que le temps a été long !!! Voir défiler les jours, la date approchant de plus en plus et moi qui n'ai toujours pas pu commencer à m'entraîner.

Au terme des 1 mois je me dis qu'il est vraiment temps pour moi de recommence à courir, me voilà donc à débuter mes entraînements, je commence lentement afin de pas trop fragiliser mon pied. Je suis motivé j'enchaîne donc les sorties et commence à allonger mes temps de courses ainsi que les kilomètres.

 Me voilà donc à la veille de la course, excité, impatient et un peu anxieux ; vais je réussir à finir cette course, à franchir tout les obstacles? Plus le choix maintenant...

 Nous voilà donc le jour J à accomplir toutes les formalités pour retirer nos dossards, déjà sur place une ambiance de folie ! Plusieurs vagues ont déjà pris le départ, ce qui nous permet de faire un petit repérage des lieux, des obstacles. H-20 nous entrons dans l'arène de départ, une mise en condition nous est faite : étirements/ combats de spartiates ... Nous voilà chargés à bloc à attendre le décompte ...  

Qui êtes vous ?? Je suis un SPARTIATE, tous en cœur ! 5,4,3,2,1 arrrooohh

Départ tous ensemble on commence a enchaîner les dénivelés sur terrain accidenté : monte cette colline, redescend celle la, remonte sur celle ci...

Arrivé sur le premier obstacle, premier contact avec les barbelés et la boue, nous arrivons ensuite sur un parcours barré de troncs d'arbres à enjamber, traversée de marres d'eau croupie. Premier portée de poids, récupérer un tronc de bois et le transporter sur un parcours défini. On commence à avoir chaud, à se demander combien de kilomètres avons nous déjà parcouru (pronostic 3 ou 4) nous voilà face à la première étendue d'eau a traverser qui aura le mérite de nous rafraîchir. Escalier à grimper et redescente par rampe de pompier... Nous perdons déjà un de nos équipiers qui continuera la course à son rythme, nous voilà donc plus qu'à 3.

Deuxième passage de barbelés mais cette fois à plat ventre pour un parcours alternant boue et eau. Deuxième portée qui nous donnera l'honneur de fouler la piste du circuit du Castellet le tout  en ayant un pneu de formule 1 sur l'épaule.

 Échelle horizontale à franchir, ballots de pailles à escalader, bains de boue dans grands containers... Vient le passage du grand bassin d'eau qui va nous permettre d'un peu se nettoyer. Quelques kilomètres plus tard nous voilà à escalader par de grands filets, un gros container de plusieurs mètres de haut et là je suis pris d'une crampe au pied en pleine escalade. Pause obligée en haut de celui-ci, petits étirements et me revoilà parti pour affronter un autre passage de barbelés dans très peu de boue cette fois-ci mais avec beaucoup de cailloux... Aïe, les genoux et les coudes morflent mais je tiens bon.

Viens le tiré de pneu de camion, un peu lourd mais faisable, mon deuxième co-équipier commence à fatiguer et est pris de crampes à la jambe à de nombreuses reprises. Nous perdons donc le troisième qui continuera sur sa lancée et finira avec 10 minutes d'avance sur nous. C'est pas grave, après s'être bien étirés nous repartons sur un terrain encore plus accidenté et avec de gros dénivelés (nous devons être environ à 10km au compteur).

 Après avoir tiré un poids d'une taille minuscule mais d'une lourdeur, nous voilà à nous charger d'un sac de 25kg sur les épaules pour un parcours iiiiiiiinterminable (épreuve vraiment éprouvante pour le coup). A la suite de ça nous nous accordons quelques mètres de marche afin de reprendre notre souffle et pour mieux repartir.

Les kilomètres s'enchainent et les crampes de mon ami également, nous voilà arrivé sur l'épreuve du javelot (tant redouté pour moi car seule épreuve ratée l'an dernier et donc burpees)... et re-burpees pour moi, suis vraiment pas fait pour cette discipline. Derniers kilomètres en vue et nous voilà face à un barbelé géant d'au moins 300 mètres avec des tonnes de boue ... Pas le choix on se lance.

 Après la technique de rampage à plat ventre et quelques accros de barbelés dans le dos et sur le front je tente le roulé sur le côté (tout juste insupportable = nausée garantie) on arrive quand même à bout, couvert d'au moins 2 kg de boue .

Dernière montée à la corde sur palissade plus que glissante, je remercie la jeune fille qui m'a tendue la main afin que je réussisse à m'agripper au rebord (et oui c'est ça l'esprit Spartan) et donc nous voilà face à un mur lisse de 2,5m, couvert de boue.

 Comment franchir ça ?? On se lance et on verra bien...et là encore la solidarité entre spartiates qui te permet de franchir l'infranchissable !

Nous voilà donc fasse au feu final, nous réunissons nos dernières forces et hop nous voilà sur la ligne d'arrivée; exténués, heureux et couverts de boue de la tête au pieds. Remise des médailles et t-shirt et direction la douche froide pour se débarrasser de toute cette terre, sang, paille qui nous recouvre !
 

L'expérience est unique et super, je conseille vraiment cette course à tout le monde (avec un peu d'entraînement et de la motivation)



Encore un grand merci à Cédric d'avoir joué le jeu !
A quand la version lyonnaise ?! ;-)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

BLOGGER TEMPLATE BY DESIGNER BLOGS