mercredi 8 janvier 2014

La Naked 3 est enfin mienne !

A la base j'avoue que je n'avais pas prévu de craquer pour la Naked 3 d'Urban Decay... J'ai la Naked 1 comme tout le monde ainsi que la Naked Basics. La Naked 2 ne me plaisait pas et puis je me disais qu'en sortir une troisième version, ça faisait tout de même un peu réchauffé


Mais comme toute fan d'Urban Decay qui se respecte, je me suis tout de même penchée sur la question... et quand j'ai vue que cette fois-ci, le "thème" était les tons rosés, j'ai forcément craqué. D'une part parce que ce sont mes couleurs préférées et que je n'ai jamais réussi à trouver mon bonheur en matière de palettes rosées et d'autres part parce qu'il faut bien avouer que les couleurs de celle petite Naked 3 sont superbes !

Déjà le packaging a vachement évolué depuis la Naked 1 dont le boitier était composé d'un espèce de velours qui attrapait la moindre peluche et qui ne fermait pas correctement. Là on à un superbe boitier rose gold hyper classe qui ferme en se clipsant, parfait pour la trimballer en week-end ou en voyage. A l'intérieur on retrouve un grand miroir qui peut toujours dépanner, je trouve.

Les couleurs maintenant ? Parlons-en ! La Naked 3 est composée de douze couleurs dans les tons rosés donc. Des tons assez universels qui à mon avis peuvent convenir à toutes les couleurs de yeux et de peaux. De toutes façon je n'ai jamais trouvé très pertinent de dire que telle couleur ne va pas a telle couleur de yeux. C'est hyper subjectif vous ne trouvez pas ? Mais bref là n'est pas la question, revenons-en à nos moutons. 

Douze couleurs tantôt mattes, irisées ou même carrément pailletées dont voici le descriptif
Strange : un rose matte assez pale qui tire un peu sur le beige et qui sera parfait comme base à mon avis.
Dust : un rose gold métallique avec de micro-paillettes irisées magnifique.
Burnout : un pêche un peu rosé très faiblement irisé, juste ce qu'il faut.
Limit : un vieux rose matte qui tire un peu sur le taupe.
Buzz : un autre rose métallique à paillettes mais celui-ci est plus foncé et tire un peu sur le mauve, et les paillettes sont argentées.
Trick : un cuivre rosé irisé à paillettes un peu dorées.
Nooner : un marron-prune rosé matte somme toute classique.
Liar : un marron métallique légèrement irisé.
Factory : un marron assez foncé mais toujours rosé. Il ressemble à Liar mais plusieurs teintes au dessus.
Mugshot : un taupe assez foncé irisé.
Darkside : un violet assez foncé métallique à micro paillettes
Blackheart : un magnifique bordeaux avec des paillettes un peu marron-rouge.

Point de vue qualité ils sont supers, comme tous les fard Urban Decay... Certains sont un peu poudreux (surtout ceux à paillettes) mais avec une bonne base ou en humidifiant un peu le pinceaux ils se posent tout seul et tiennent très bien toute la journée.

Mais comme une palette Urban Decay n'arrive jamais seule, celle-ci est fourni avec un pinceau double embouts, en poils synthétiques assez génial. J'étais déjà fan de celui présent dans la Naked 1, et bien celui-ci le complète assez bien avec un coté un peu gros et l'autre un peu plus fin.

Enfin, on retrouve dans cette palette des échantillons de primer potions en plusieures teintes pour celles qui ne l'aurait pas encore tester : la version originale, Sin, Eden, Anti-age.


 
Voilà je crois que je vous ai tout dit !
Vous avez craqué vous ?

4 commentaires:

  1. Comme toi, je n'avais pas prévu de craquer mais les tons rosés ont eu ma peau ;)

    RépondreSupprimer
  2. Elle est canon, effectivement! Et comme toi, je n'ai jamais trouvé mon bonheur dans les tons rosés, donc, elle me fait de l'oeil :)

    RépondreSupprimer

BLOGGER TEMPLATE BY DESIGNER BLOGS